Montferrand, un ouvrage d’exception

La forteresse aujourd’hui en ruine, perchée sur la crête du pic Saint-Loup depuis mille ans, semble émerger des falaises à un point tel que l’on ne saurait, par moments, distinguer l’architecture du travail de la nature.

 

Image-Régis-Domergue

Montferrand6

 

Un peu d’histoire…

 

Le château de Montferrand était déjà bien établi au XIIe siècle. Il est pleinement lié à l’histoire des comtes de Melgueil, appelés « comtes de Melgueil et de Montferrand ». Ceux-ci étaient les suzerains des seigneurs et autres petits pouvoirs locaux depuis la mer jusqu’aux portes des Cévennes. La gestion du comté au Moyen Âge se concentrait autour de deux pôles : Mauguio pour la partie sud, le château de Montferrand pour la partie nord. Montferrand était donc la représentation du pouvoir judiciaire, politique et militaire des comtes. C’était un centre administratif dont dépendait l’ensemble des châteaux, villages et autres localités depuis les environs nord de Montpellier jusqu’aux alentours de la ville de Ganges.

Le site de Montferrand conserva un rôle clé après l’époque médiévale. Ainsi, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, les parties basses du château furent réaménagées pour accueillir de l’artillerie. À partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, le château tomba progressivement en désuétude, jusqu’à son démantèlement final entre 1699 et 1709, à la demande de l’évêque Charles-Joachim Colbert de Croissy, comte de Melgueil et de Montferrand, pour le rendre inutilisable.

 

Montferrand au XXIe siècle

 

Consciente de la valeur patrimoniale de cet ouvrage médiéval, la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup a décidé d’engager un projet de sauvegarde et de réhabilitation. Ce projet consiste non pas à reconstruire la forteresse telle qu’elle était au Moyen Âge, mais à sécuriser et consolider l’existant, à valoriser le site, et à inventer le Montferrand du XXIe siècle.

En 2017, un contrat triennal a été établi avec un architecte diplômé d’État, chercheur doctorant, pour le suivi du projet, le lancement des travaux de déblaiement et de sécurisation du site, ainsi que la mise en place d’un comité scientifique. Des études ont été lancées en 2018 : elles permettront au projet de s’appuyer sur des bases solides qui l’accompagneront tout au long de son accomplissement. Un accomplissement qui ne durera pas moins de dix ans…

Montferrand5Montferrand2

 

À noter : ce chantier est la clé de voûte d’une association à visée patrimoniale, l’Association pour la sauvegarde et la valorisation du patrimoine du Grand Pic Saint-Loup, créée en 2017 et présidée par Alain Poulet (alain.poulet34@orange.frTél. 04 67 84 22 81).